Trois mois en Albanie et un peu plus
During three months, from september to december, I will share with you my trip to Tirana. Pictures, video, point of view...As a citizen, and not as an expert, I will present you my experiences and understanding. Pendant trois mois, de septembre à décembre, je partagerai sur ce blog mon voyage à Tirana. Photos, vidéos, points de vue...Comme un citoyen, et pas expert en la matière, je vous présenterai mes expérience et apprentissages.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
free counters

Flux RSS

Rubriques


Sites favoris

Welcome To Europe
Calais Migrant Solidarity
La Voix des Roms
C.A.D.T.M.
Maria Strunge
Iraninfo.dk (en)
Asso Oran Bel Horizon
Photography Doesnt Kill

Newsletter

Saisissez votre adresse email
Le livre Tirana, la fin d\'un été

Rozafa' Legend / La légende de Rozafa

 Version française plus bas:

The Rozafa's legend, which stands in Shkodër (north of Albania) is present in many Balkan countries and tell us about the difficulties met by the first architects who had to count more on the pagan gods than their own skills and knowledge to build solid buildings. In other countries the legend is named "The three brothers" ( Bulgaria) , "The bridge of Arta" (Greece), "Master Manoli"( Romania).... (Greek Ritual Poetics by Yatromanolakis and Roilos). 

A legend is not a fairytale and has most of the time a moral meaning. If this legend can maybe talk about women in Illyrian (and then Albanian) society, it's most considered as an illustration of Besa, the faith, the respect of the word or of the promise. This notion, Besa, was already present in the Kanun (code of law) of Lekë Dukagjini (who gave its name to the current Albanian money: Lek) in the 15th century. With this legend, the Besa concept, became a kind of Albanianism. Concerning the women position, or society expectations, Rozafa can be seen for some authors, like Susan E. Pritchett Post, as the women Albanian' strength and devotion for their family but also for their homeland.

It's believed that the legend has been created before Shkodër city foundation, in the 4th century BC. (see: Rozafa: A psychoanalytic and Symbolic Interpretation by Blerina Berberi).

Here is the legend, rewritten from different lectures:


On a hill close to Buna river, three brothers were building a castle. Every night collapsed the wall they built during the day. Every day they were working, but they can not built it higher.

 One day, the blowing wind made come an old man (or a spirit or angel according to versions) to the three men.

To the brothers he said: Good job, O three brothers.
The three brothers (T.B.) replied: Thank you. But where can you see that we are doing a good job? Every day we build walls which collapse during the night. Don't you have any advice for us?
The old man (O.M.): I know how to help you. But that ain't easy.
T.B. : Tell us, what should we do? We really want to make stand up this castle.
O.M. : Are you married brave men? Do you have your three wifes still alive?
T.B. : Yes, we do. But tell us what to do in order to build our castle.
O.M. : If you really want to make stand your wall and your castle you have to promise that you won't tell to your wifes what I'm gonna tell you.
T.B. : We do.
O.M. : The one of the three brides who will come tomorrow to give you the food must be immure in the wall of the castle. Then, your walls will get strong and stand.

He said it and left.

The oldest brother didn't respect his word, his Besa, and told his wife to find an excuse for the day after. The second brother did the same. Only the youngest did respect his oath.

The day after, the mother of the three brothers who didn't know anything, went to the wifes. First, she asked to the oldest brother's wife to bring the bread, water and wine to three masters. She answered that she was ill and can't do it. So the mother went to the second brother's wife. She said that she had so much things to do and had to visit her family.
At least, she went to the youngest brother's wife. Rozafa, that was her name, answered to her mother in law: 
Dear mother, I would go but I have to take care of my young son. What if he needs me and cry?

The mother answered that she will take care of her grand son. So Rozafa went with the bread, the water and the wine.
In the same time, the brothers were waiting anxiously. Which on of their wife was gonna come?

 

When Rozafa came, she found her husband desperate. When she asked why he was in such a mood, he answered him by telling her the hole story and the sacrifice they accepted to do.

The good Rozafa accepted to sacrifice herself but if the three brothers accepted her last will.

- I accept to be emmured, she said, but I only if I still can care on my newborn child. I am affraid he will miss me and need me. So, I want you to let me one eye free, to see what he does. I want you to let me one breast, to feed him when he needs it. I want you to let me half of my mouse out, to console him when he needs it. I want you to let me one arm free, to hug him when he needs it. I want you to let me one leg to lull him when he falls asleep in his cradle close to me.

The three brothers can't refuse, accepted her last will and accomplished the sacrifice.

Then, thanks to Rozafa, the wall did not collapse during the night and the three brother were able to make stand the castle.

The Rozafa's son grew up and became a great warrior.


Such legend passed through the centuries thanks to a specific characteristic: from the calcareous walls, in winter, a white liquid is flowing. For a long time, people were "convinced" this white liquid was the breast milk of Rozafa. She gave her name to the castel.

 
Rozafa (Rozafa's museum, Shkodar's castel)
Rozafa (Musée Rozafa au château de Shkodar)

 

La légende de Rozafa, qui vient de Shkodar (au nord de l'Albanie) est présente dans plusieurs pays des Balkans et nous parle des difficultés rencontrées par les premiers architectes qui se tournaient plus vers les dieux païens que leurs propres compétences pour construire de solides bâtiments. Dans d'autres pays la légende s'appelle "Les trois frères" (Bulgarie), "Le pont d'Arta" (Grèce), "Maître Manoli" (Roumanie)...(Greek Ritual poetics, par Yatromanolakis et Roilos).


Une légende n'est pas un simple conte de fées et a la plupart du temps un sens moral. Si la légende parle sûrement des femmes dans la société illyrienne (et ensuite albanaise), elle est plus considérée comme une illustration de la Besa, le respect de la parole donnée. Cette notion, la Besa, était présente dans le Kanun (code de lois) de Lekë Dukagjini (qui donnera son nom à l'actuelle monnaie albanaise: le Lek) au 15ème siècle. Avec cette légende, le concept de Besa, devint une sorte d'Albanisme. Concernant la position de la femme, ou les attentes de la société,  Razafa peut être considérée comme la force et la dévotion de la femme albanaise pour sa famille et sa terre natale (voir livres de Susan E. Pritchett Post).

La légende aurait été créée avant la fondation de Shkodër, au 4ème siècle avant J-C. (voir: Rozafa: A psychoanalytic and Symbolic Interpretation par Blerina Berberi). 

Voici, selon différentes lectures, la légende de Rozafa:



Sur une colline près de la rivière Buna, trois frères construisaient un château. Toutes les nuits s'écroulait le mur qu'ils avaient construit durant le jour. Tous les jours ils travaillaient, mais ils n'avaient pas à le faire s'ériger.

Un jour, le vent qui soufflait amena un vieil homme (certains disent un esprit envoyé par les dieux païens).

Aux trois frères il dit: Bon travail, O trois frères.
Les trois frères (TF) répondirent: Merci. Mais où pouvez-vous voir que nous faisons du bon travail? Tous les jours nous construisons un mur qui est détruit durant la nuit. Avez-vous quelque conseil à nous donner?

Le vieil homme (VH): Je sais comment vous aider. Mais ce n'est pas chose aisée.
TF: Dis nous, que devons-nous faire? Nous voulons vraiment ériger ce château.
VH: Êtes-vous mariés braves hommes? Avez-vous vos toujours vos trois femmes à vos côtés?
TF: Oui. Mais dis nous ce que nous devons faire pour construire notre château?
VH: Si vous voulez réellement faire tenir votre mur et votre château vous devez promettre que vous ne direz pas à vos femmes ce que je vais vous dire.

TF: Nous le promettons.

VH: L'une de vos trois femmes viendra demain vous apporter votre repas devra être emmuré dans le mur du château. Enfin, vos murs seront solides et tiendront.

Il parla et se retira.

L'aîné ne respecta pas sa parole, sa Besa, et dit à femme de trouver une excuse pour ne pas venir le jour suivant. Le second frère fit de même. Seul le cadet tint parole.

Le jour suivant, la mère qui ne savait rien du drame à venir, alla chercher une femme pour apporter le repas aux trois constructeurs. Elle était désormais trop vieille pour monter Elle se rendit premièrement chez la femme de l'aîné et lui demanda d'apporter le pain, l'eau et le vin au chantier. La femme prétendit qu'elle était malade et donc trop faible pour s'y rendre. La mère frappa donc à la porte de la femme du second frère. Celle-ci prétendit qu'elle avait beaucoup trop de travail et que, de plus, elle devait rendre visite à sa famille.
La mère alla donc vers la femme du cadet et lui demanda si elle pouvait se rendre sur le chantier des trois frères.
Rozafa, c'était son nom, s'occupait alors de son jeune enfant et répondit:

- O mère, je le ferai volontiers, mais je dois m'occuper de mon fils. Qu'arrivera-t'il s'il a besoin de moi et pleure?

La mère répondit qu'elle s'occuperait de son petit fils. Ainsi Rozafa s'en alla avec le pain, l'eau et le vin, sans savoir le sort qui l'attendait.
Dans le même temps, les trois frères attendaient avec anxiété de savoir laquelle de leur femme allait leur apporter le panier.
 

 

Quand Rozafa arriva, elle trouva son mari désespéré. Elle l'interrogea alors sur la raison d'un tel désespoir. Les trois frères expliquèrent la rencontre avec le vieil homme et le conseil qu'il leur donna pour construire le château.

La bonne Rozafa accepta de se sacrifier mais demanda aux trois hommes de respecter sa dernière volonté:


- J'accepte d'être emmurée, dit-elle, mais à l'unique condition que je puisse toujours m'occuper de mon fils. J'ai peur qu'il ait besoin de moi et de ne pouvoir être là pour lui. C'est pourquoi, je veux avoir un oeil libre pour pouvoir le voir. Je veux avoir un sein, pour pouvoir le nourrir. Je veux avoir une partie de ma bouche, pour pouvoir le consoler. Je veux avoir un bras, pour pouvoir lui donner mon affection. Je veux avoir une jambe, pour mouveoir son berceau.

Les trois frères ne purent refuser d'accéder à ses dernières volontés, tant le sacrificie était grand.
 

Ainsi, Rozafa fut mi-emmurée, le mur ne s'écroula pas durant le nuit, et le château put être érigé.

Le fils de Rozafa grandit et devint un grand guerrier. 

Cette légende traversa les siècles et est toujours partagée de nos jours grâce à une spécificité locale. Les pierres calcaires utilisées lors de la construction, plus récente, de l'actuel château produisent un liquide blanchâtre lorsqu'elles sont humides. Les personnes qui souhaitent croire en la légende considèrent ce liquide comme le lait maternel de Rozafa. Cette femme donna son nom à l'actuel château.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié à 02:48, le 21/10/2010, Shkodër
Mots clefs : RozafaRosafalegendelegendAlbaniealbaniashqiptarecastleshqipChateauMuremmuréewallsacrificethree brothers. trois frèresconstructionbuildingHistoiretalefairy taleillyrieillyrianshkdoërshkodralakeLac
Lien

A mountain' country / Un pays montagneux

 Version francaise après les photos:


In Albania, 70% of the territory is covered by mountains. Accessing to some places is quite difficult as the infrastructure are not really developed. In the north, close to Shkodër and the Montenegro border, you can't drive faster than 20 or 30km/h on more than 200kilometers and you can only travel thanks to small private buses. Last week end, those difficulties and a bad weather made us abandon the idea to go to this area after having dream about it. I advice to visit this webpage: 
http://www.kelmend.info/ . That can make you consider to flight or drive to Albania.

On the other hand, if the driving is not easy, it offers to the travelers landscapes and areas not yet destroyed by mass tourism when Albanian coasts, like in Durrës, already begin to be. On Dajti mountain, in Tirana district, you can easily walk alone without being annoyed by anyone and enjoy beautiful landscapes. For the ones who would like to enjoy it more comfortably some hostel are available for 20€ to 70€. Some restaurants are also spread in the mountain between a military area and TV-Radio's antennas.

On the touristic and historic side, the presence of small mountains increased, in the Middle Age, the construction of castles like in Shkodër with the Rozafa's Citadel. But in the antiquity, Illyrians and then Romans, already settled there.

Rozafa got its name from legendary women sacrificed in order to build this castle. This legend is present in different Balkan countries, like Montenegro or Bulgaria, and soon on this blog.

A trip in mountains can also be the opportunity to visit one of the 800 000 bunkers spread in the hole country since the communist dictatorship.
 


From Rozafa castle (Shkodër) / Depuis le château de Rozafa (Shkodër)


Bunker - Mont Dajti, Tirana (Photo: Katha)


Pepper mint and small way on Dajti mountain /
Menthe poivrée et petit chemin sur le mont Dajti


In front of...(Dajti / Tirana) / En face de...(Dajti / Tirana)
(Photo: Katha)



En Albanie, 70% du territoire est recouvert de montagnes. L'accès à certains endroits est très difficile en raison d'infrastructures peu développées. Dans le nord du pays, près de Shkodra et du Monténégro, vous ne pouvez pas rouler à plus de 20 ou 30km/h sur plus de deux cents kilomètres et vous devez compter sur de petits bus privés. Le week end dernier, ces difficultés et un temps plus que maussade nous ont fait abandonné l'idée de nous rendre dans cette région dans laquelle nous rêvions quelque peu de nous rendre. Je vous conseille de visiter ce site (en anglais ou albanais): http://www.kelmend.info/ . Cela vous donnera peut être l'envie de vous envoler vers l'Albanie.

De l'autre côté, si l'accès n'est pas facile, cela permet aux voyageurs de profiter de paysages et d'endroits qui ne sont pas encore détruits par le tourisme de masse quand les côtes albanaises, comme la ville de Durres, commencent à l'être. Sur les montagnes Dajti, dans le district de Tirana, vous pouvez facilement vous promener seul sans être ennuyé par qui que ce soit et profiter calmement des paysages. Pour ceux qui souhaiteraient en profiter plus confortablement vous pourrez trouver quelques hôtels accessibles à partir de 20€ jusqu'à 70€. Quelques restaurants sont aussi dispersés dans la montagne entre une base militaire et les antennes de la télévision et de la radio.

Du point de vue historique et touristique, la présence de montagnes a développé au Moyen Âge l'édification de châteaux comme à Shkodar avec la citadelle de Rozafa. Mais cette même colline où a été construite le château, a été occupée dès l'Antiquité, par les illyriens et les romains.

Le château tient son nom d'une femme légendaire sacrifiée durant la construction. Cette légende est présente dans différents pays des balkans, comme au Monténégro ou en Bulgarie, et bientôt sur ce blog.

Un voyage dans les montagnes peut aussi être l'opportunité de visiter l'un des 800 000 bunkers dispersés dans tout le pays depuis la dictature communiste.
 


Publié à 02:28, le 20/10/2010, Shkodër
Mots clefs : hotelshostelsphotographybunkersalbaniatiranaAlbaniePaysageMontagneTourismetourismmountainsvoyageTravelphotographietripshqipteria
Lien

Two anniversaries.../Deux anniversaires

 Version francaise plus bas:

 

One month ago, I arrived to Tirana. That was the first time I heard my girlfriend and my room mate talking about going to a fitness club. One month later, I still hear about it, still as something to do in a close future. It's not that fitness club are missing... I guess we will celebrate it next month too. On the other hand, I realize that whatever the cultural background, some things are quite the same all over Europe. Happy birthday fitness girls.

One year ago, I left my country side. I left it to go to Europe, to go somewhere else. One year ago I left my previous life to begin a kind of second one. It should have been THE trip of my life, and it became my life. One year after, I am still on my way even if I now my foreign project are not about running all around Europe. Three months in Albania, two months Denmark, one year in Sweden, with a few breaks in France. In a way, I am calming down. I am also looking for jobs...I am even becoming serious.

During one year, I put a foot and my bag in twenty countries. If I am becoming more used to Balkan (Serbia, Kosovo, Greece, Montenegro, Albania, Macedonia and North-West Turkey) and Scandinavia (Denmark, Sweden and Finland), I still feel a newborn in Europe, and so in the World. Some important destinations are still missing. Portugal, Ireland, Scotland, Netherlands, Poland, Ukraine,Bosnia Herzegovina, Andalousia, Baltic countries...are still places to discover to me. And I won't feel over with Europe before to get release of this "list". Well, list os not the good word, or at least it's more a "List of needs" than a "List to do".

If I have a homeland in Charente Maritime (french district), I don't really have my own home. So by knowing better and better the European continent, I can maybe create a home feeling, or at least get used and feel comfortable in many situations and places. 

If the money accepts to come to my wallet (even if I have to work), and if the time accepts to stay on  my side, I guess I'll be able to celebrate as many anniversaries as the girls with fitness.


 
How to celebrate a one month anniversary without fitness and one year on trip.

 

 

Il y a un mois, j'arrivais à Tirana. C'est là que j'entendais, Maria (ma copine) et Fiolla (ma colocataire) parler d'aller à un club de fitness. Un mois plus tard, j'en entends encore parler comme quelque chose à faire dans un futur proche. Ce ne sont pourtant pas les clubs de fitness qui manquent...Je suppose qu'on pourra encore célébrer cet évènement le mois prochain. De l'autre côté je réalise que quelque soit l'origine culturelle, certaines choses restent les même où qu'on soit en Europe. Joyeux  mois-versaire les filles.

Il y a un an, je quittais ma campagne. Je suis parti pour l'Europe, pour autre part. Il y a un an, je quittais ma vie précédente pour commencer, en quelque sorte une deuxième vie. Ce qui devait être LE voyage de ma vie, est devenu ma vie. Un an après, je suis toujours ma route, même si mes projets ne sont plus de courir tout autour de l'Europe. Trois mois en Albanie, deux mois au Danemark, un an en Suède, avec quelques pauses en France. Dans un sens, je me calme. Je cherche même des petits boulots. Je deviens même sérieux.

Pendant un an, j'ai posé le pied et mon sac dans vingt pays. Si je me suis habitué aux Balkans (Serbie, Albanie, Kosovo, Macédoine, Monténégro, Grèce et Nord Est de la Turquie) et à la Scandinavie ( Danemark, Suède et Finlande), je me sens toujours comme un nouveau né en Europe, et donc dans le Monde. Je dois encore me déplacer vers pas mal de pays ou régions comme le Portugal, l'Irlande, l'Écosse, les Pays-Bas, Pologne, Ukraine, Bosnie Herzégovine, Andalousie, pays de la Baltique...Et je ne considérerai pas mon voyage européen tant que je n'aurai pas remédié à ces manquements, tant que je n'en aurai pas fini avec cette "liste". Mais "liste" nest pas vraiment le bon mot. Ou alors ce serait plus une "liste de besoins" qu'une "liste de choses à faire".

Si j'ai une base solide en Charente Maritime, je n'ai pas vraiment ma propre maison, MON chez moi. Donc, grâce à l'amélioration de la connaissance du continent européen, jessaie d'y remédier. Je peux peut être créer un sentiment de "chez moi", ou tout du moins m'habituer et me sentir plus confortable dans différents pays ou situations.

Si l'argent accepte de prendre la direction de mon porte-monnaire (même si je dois travailler) et que le temps accepte de rester de mon côté, je suppose que je pourrais fêter autant d'anniversaire que les filles fêteront de "mois-versaire" avec le fitness.


Publié à 02:42, le 11/10/2010,
Mots clefs : fitnessmois-versairebirthdayanniversariesAlbanieAnniversaireSportclubtripvoyagephotographiegateaushipteriaalbaniafriendsgirlfriendcakecandle
Lien

Euro 2012: same but different / Euro 2012: pareil mais différent

 On the 8th October we went to watch a football game between for Euro 2012 Qualifications in the Qemal Stafa Stadium. The opponents were Albania and Bosnia Herzegovina. One more time it was the opportunity to see the friendship, or "brotherhood" between Kosovo-albanians and Albanians regarding to all the cars and flags coming from the former serbian autonomy, to support the red and black team. If many things are the same than in the rest of Europe (it's still 90 minutes), many other things are quite different. Makes it more fun in a way. 



Le 8 octobre, nous sommes allés voir un match de football des qualifications à l'Euro 2012, au stade Qemal Stafe. L'Albanie était opposée, à domicile, à la Bosnie Herzegovine. Une fois de plus ce fut l'occasion de voir l'amitié, la fraternité entre les Kosovo-albanais et les Albanais, au regard de toutes les voitures et drapeaux venus de l'ancienne autonomie serbe, pour supporter les rouges et noir. Si beaucoup de choses sont les même que dans le reste de l'Europe (c'est toujours 90 minutes), beaucoup d'autres sont également assez différentes...Ca rend le match plus sympa.




Albanie-Bosnie Euro Qualification 2012
Uploaded by nibal01. - Discover the latest sports and extreme videos.

Musique: DJ Zebra: wotta love (The white stripes feat Led Zeppelin)


 


Publié à 02:27, le 9/10/2010, Tirana
Mots clefs : match nulQemal StafaStadiumiqualificationEuroBosnia Herzegovinashqipteriaalbaniavideo 2012soccerfootballgamedraw
Lien

Street business / Business de rue

 Version francaise plus bas

The recent demographic jump in Tirana made the rent increase the average rent. For example, in a country were the main part of the population can't expect to get more than 400€ a month, our rent, for a flat outside on the ring without special interest, is already 400€ a month. The official national minimum pay is 140€ a month.

It's hard to pay a rent with an Albanian salary, but it's also hard to get a job in a country where the unemployment concern around 14% of the population. 

Of course, there is some, big, expensive and fancy stores in the capital which hire a lot of people. It's getting developed in main avenues, and in some places in the suburb (like the Cristal Center, a big mall which has the nickname of Diamond of Albania) but, from what I see, it doesn't make work and feed the whole population. 

In this situation, people developed their own strategies to develop their business, to get money at the end of the month. In Tirana, it seems that a lot of people are living from small stores. Markets are quite developed, and you can find many stores like clothes seller, carpet seller, small honey-raki or really small vegetable producers...selling in small shops or sometimes directly on the pavement. 

In many streets, you can  buy small plastic bag of pop corn for 50 Lek (less than 0,40 €), find people seating behind a table and selling single cigarettes, sweets, grilled corn...

If it can seem chaotic, it can also be surprisingly organized. The main example of this hidden organization concern the pavement's libraries. By chance I met a Balzac books translator once I was looking for buying an English-Albanian dictionary. He introduced me to the libraries' shelves system.

The book sellers on the street belong to the same company who can't afford for renting a store. The managers decided so to divide the categories in the all city. One seller, one place, one category. The sellers get something like 20 or 25 % of what they sell, but do not pay if the books are damaged by  rain.

Close to the train station who'll find more "small literature", as said the translator, with what we call in french "Train station books": Books you read on the beach, in a train, or on your toilets (at least I do). In front of the gynecologic hospital, you'll find what he called "The literature", with a lot of French authors translated to Albanian like Balzac or Jean Paul Sartre (Zhan Pol Sartr) near by the austrian Zigmund Frojd (Sigmund Feud). Going to other side of the city, when you go across Skanderberg square and the channel, you can find some educative books, where I found, for example, a method book to learn french...You can find many other pavement-shelves, when you are walking in the city and its parks.

What I found interesting in this situation is that looking at the books lying on the grass or the pavement, an untrained eye (like mine) would only have seen some chaos in a developing country when it's a company which just try to avoid an expensive rent, but hired people to work on specific literature field. For sure, when they will have more money, and avoid the destruction and the stealing of books, they will probably rent a store. But right now, instead of doing nothing, they begin to earn money. Even if sometimes the police come to give them fine (Edi Rama, the mayor, made a big to priority to release the center of illegal small stores), they are a part of a cultural cheap access.

What we see is and understand, as it sadly is with many things coming from mass-media, not the situation how it is. The sellers are not poor guys selling alone some books. They are employees with colleagues, providers and customers to advice. But without knowing the background, we misunderstand what's in front of us.

 

Quickly, some pictures will come.

 

Version francaise:

Le récent boum démographique de Tirana a fait augmenter les  loyers. À tel point que  dans un pays où le salaire moyen n'excède pas 400euros, l'appartement que nous louons actuellement sur le périphérique, sans intérêt particulier, nous coûte pas moins de 400euros. Le salaire minimum serait établi autour de 140euros.

Si il est dur de payer un loyer avec une paie albanaise, il n'ent est pas moins difficile d'obtenir un travail dans un pays où près de 14% de la population active est sans emploi.

Bien sûr, il y a de grands magasins, chers et à la mode, qui embauchent un grand nombre de personnes. Ces établissements se développent dans les avenues principales de la capitale ainsi que dans sa banlieue comme le Centre Cristal, dont le surnom est le "Diamant Albanais". Mais, de ce que j'en vois, ce n'est pas suffisant pour faire travailler et nourrir la majorité de la population.

Dans cette situation, les gens développent leurs propres stratégies pour arrondir les fins de mois et développent leurs propres affaires. À Tirana, il semble que beaucoup vivent de petits commerces. Les marchés sont bien développés et vous y trouvez des marchands de vêtements, de tapis, des vendeurs de miel et raki, ou des tout petits producteurs de légumes...vendus dans de petites officines ou parfois directement sur les pavés (qui est plus du goudron actuellement).

Dans de nombreuses rues, vous pouvez acheter une poche de Pop Corn pour 50 Leks (0,40euros), trouver des personnes assises derrière une petite table vendant des paquets de cigarettes ou à l'unité, ou encore acheter du maïs grillé...

Si cela peut paraître chaotique, cela peut aussi être étonament organisé. Le principal exemple de cette organisation cachée se trouve dans les libraires de rue. Par hasard, j'ai rencontré un traducteur albanais de l'oeuvre de Balzac qui ma introduit au système des "rayons" de librairie.

Les vendeurs de livres dans les rues appartiennent à la même entreprise.qui ne peut payer un loyer commercant. Les responsables ont donc décidé de partager les catégories littéraires dans la ville. Un vendeur, un endroit, une catégorie. Les vendeurs obtiennent 20 à 25% sur les ventes réalisées mais ne payent pas en cas de dommages provoqués, par exemple, par la pluie.

Près de la gare ferroviaire, vous trouverez la "petite littérature", les romans de gare, de plage ou ceux qui finissent dans les cabinets (ils y ont aussi leur place). En face de l'hôpital gynécologique, on peut acheter, ce que "mon" traducteur appelle, "La Littérature" (oui, avec deux L majuscules, c'est important). Les auteurs francais, en albanais, y ont une bonne place comme Balzac mais aussi Zhan-Pol Sartr (Jean Paul Sartre) tout proche de l'autrichien Zigmund Frojd (Sigmund Freud). En passant le centre ville et le canal, vous arrivez vers un rayon plus éducatif ou j'ai pu acheter un livre de méthode d'apprentissage du francais. Vous pouvez trouver beaucoup d'autres rayons-trottoirs de librairie en vous baladant dans la ville et dans ses parcs.

Ce que je trouve intéressant dans cette situation c'est qu'en regardant ces livres déposés sur un bout de trottoir, un oeil non-entraîné (comme le mien) ne verra que du chaos dans un pays en développement. Mais il s'agit en fait d'une organisation entreprenariale rôdée qui essaie juste d'esquiver les coûts d'un loyer, mais qui emploie en certain nombre de personnes qui se spécialisent dans un domaine littéraire spécifique.
Bien sûr, quand ils vont avoir les moyens d'éviter la destruction ou le vol de livres, ils vont probablement finir par louer un commerce. En attendant, au lieu de ne rien faire, ils commencent par gagner de l'argent. Même si parfois la police s'en mêle (la municipalité d'Edi Rama ayant mis un point d'honneur à libérer le centre  ville des vendeurs à la sauvette et commerces illégaux), ils font partie d'un accès à la culture à bas prix.

Ce que nous voyons et comprenons, comme c'est malheureusement le cas avec les mass-media, n'est pas la situation telle qu'elle est. Les vendeurs ne sont pas de pauvres gars qui écoulent seuls des bouquins. Ce sont des employés avec des collègues, des fournisseurs et des clients à conseiller. Mais sans connaître le fond, l'arrière-plan, nous comprenons "de travers" ce qui se trouve en face de nous.


 

Très vite, quelques photos.


Publié à 02:30, le 8/10/2010, Tirana
Mots clefs : businesssellersstreetsbooksLivresCulturetrottoirseconomyéconomieruepaysalaireAlbaniealbaniashqipteriacurrencymonnaiephotographiephotography
Lien
<- Page précédente