Trois mois en Albanie et un peu plus
During three months, from september to december, I will share with you my trip to Tirana. Pictures, video, point of view...As a citizen, and not as an expert, I will present you my experiences and understanding. Pendant trois mois, de septembre à décembre, je partagerai sur ce blog mon voyage à Tirana. Photos, vidéos, points de vue...Comme un citoyen, et pas expert en la matière, je vous présenterai mes expérience et apprentissages.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Octobre 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 
free counters

Flux RSS

Rubriques


Sites favoris

Welcome To Europe
Calais Migrant Solidarity
La Voix des Roms
C.A.D.T.M.
Maria Strunge
Iraninfo.dk (en)
Asso Oran Bel Horizon
Photography Doesnt Kill

Newsletter

Saisissez votre adresse email
Le livre Tirana, la fin d\'un été

L'Art du Bürek - The Bürek Art

Version francaise et recette, juste après la version anglaise:

Bürek is an institution in Albania, a bit like croissant in France, currywurst in Germany, fransek hot dog in Denmark, pizza in Italy, french fries in Belgium...Like all those specialities, bürek is really healthy. I am sure that in newspapers, doctors defend that eating one or two bürek a day is good to keep fit. So, as I kept the dietetic habits I took in the previous countries, I should actually be in a great form without knowing it...

Bürek is a dish exported, if not created, by the Ottoman Empire in all the areas under its control. From Bosnia and Herzegovina to Israel, from Armenia to Greece, through Turkey or Serbia...people are eating bürek. It can be considered as a common point, a reconciliation and unity factor. Bürek passes through the borders and its thin film of fat protect it from nationalist and religious attacks.

So, dear pacifist friends, gourmet, "Balkan-Caucasia-MiddleEast" friends, you will find - right after the french introduction - the recipe of...

BÜREK WITH MEAT!
 

 Le Bürek est une institution en Albanie, un peu comme la chocolatine (et non pain au chocolat) ou le croissant en France, le currywurst en Allemagne, le fransk hot dog au Danemark, la pizza en Italie, la frite en Belgique...
Comme toutes ces spécialités, le bürek est très bon pour la santé. Je suis sûr que les revues médicales défendent la consommation de un à deux bürek par jour pour garder la forme. Comme à mon habitude (prise dans les pays cités précédemment), et suivant les probables recommandations des médecins, je serai donc dans une superbe forme sans le savoir...

Le bürek est un met que l'Empire Ottoman, si il ne l'a pas inventé, a exporté dans toutes les régions qu'il a contrôlé. De la Bosnie-Herzégovine à Israël, de l'Arménie à la Grès en passant par la Turquie ou la Serbie...on mange du bürek. Ce plat pourrait presque être considéré comme un point commun, un facteur d'unité et de réconciliation. Le bürek traverse les frontières et sa pellicule de gras le protège de toute attaque religieuse ou nationaliste.

Amis pacifiques, gourmets, balkano-caucaso-moyenoriento-philes, voici donc la recette du...

BÜREK A LA VIANDE!
 

Recette du bürek à la viande/Bürek with meat recipe
pour un nombre indéterminé de personnes/for an unknown number of guests

Ingredients:
Farine - flour
Raki (local alcohol/alcool local)
Eau chaude/Warm water
Huile d'olive /Olive oil
Viande/Meat
Oignons/onions

Quantité/Quantity:...?
Temps/Time:....?
 

 La pâte / The dough

  

Versez 6 tasses de farine puis 2 cuillères de Raki (pas nécessaire)/ Pour 6 cups of flour and two teaspoons of Raki (not necessary)

Après avoir versé de l'eau chaude, mélanger. /After pouring warm water, mix it.



Puis ajoutez l'huile d'olive et mélanger encore / Then had the olive oil and mix again



Malaxer, malaxer, malaxer.../ Knead it, knead it, knead it...


Aplatir mieux que moi et étaler sans déchirer.../
Flatten the dough better than I did and fill out the plate with the dough without tearing it...

Faites plusieurs pâtes comme ceci (disons 8: 4 pour le dessous et 4 pour le dessus) /
Make several dough like that (lets say 8: 4 for the bellow and 4 for the top of the bürek)

Garniture / Garnish



Ajouter la viande (steak) et les petits oignons que vous avez passé à la poêle. Vous pouvez rajouter quelques épices.
Add the meat (steak) and the onions you fried. You can incorporate spices.

Cuisson / Baking



Après avoir recouvert la garniture de quelques couches de pâtes, passer au four durant...le temps nécessaire.
After you covered the garnish with few layers of dough, put it in the oven for...the necessary time.

Résultat! Result!


Si le résultat ne vous paraît pas appétissant, c'est normal. J'ai loupé ma recette :)
If the result doesn't seem appetizing, that's normal.I failed :)

Mais un bürek bien fait (avec la même recette) ou acheté dans un petit commerce ressemblera à ca:
But a well done bürek (with the same recipe) or bought in a store will look like that:



(Ce bürek est à peine digéré à l'heure où je vous écris)
(This bürek has just been digested when I am writing you)

BON APPÉTIT!

 


Publié à 02:40, le 2/10/2010, Tirana
Mots clefs : cookingrecipebalkanborekburekbon appétitcuisinetraditionrecettedoughpatémishmeatviandefourhovenraté
Lien

Around a burek- Autour d'un burek

 Version francaise, plus bas.

 Even dizzy I had to get out.

At least to eat some burek, which is my main dish when I'm in Balkan countries and/or so lazy to cook anything or to choose a fruit for the same price. Whatever, when you are sick, you need this kind of food. Well, I convinced myself that was good and cheap enough to recover.

And actually, looking for basic needs is also a good way to discover, if not the country at least some streets around your place. Fast, you remember where is the best burek, who's the one who cheated you last time because you are tourist...and all those things you make you feel more and more involved in your area.

Thanks to burek, I also learned some Albanian language. When you go, everyday, to the same store you can make new "friends" mostly if this place is the less touristic place ever and if you don't have the same language. It makes happy both the seller and the customer when, suddenly, you can share two words like: "Hello, how are you? Thanks, bye.": Seems to be nothing, but it's crazy how it appears wonderful to be able to communicate.
Like a baby, you try and try again, desperate, try again, make some mistakes, and finally you are able to communicate, to understand and to be understood...What a revolution in a life! Lucky are the one you can live it several times.

And obviously, when you were looking your world from above, going downstairs offers you new perspectives. Feeling better, in your body thanks to burek and in your area (also thanks to burek), you are now able to discover more, to walk to the next street. Earing and passing in front of the "bus-yellers", you now consider more and more to go to "Dürres! Dürres!".

Do not underestimate the power of burek.
 







 

Même malade, il fallait que je sorte.

Au moins pour manger un burek, qui est mon principal met quand je suis dans les Balkans et/ou trop paresseux pour cuisiner quoique ce soit ou pour choisir un fruit au même prix. Quoiqu'il en soit, quand tu es malade, tu as besoin de ce genre de nourriture. Bref, je me suis convaincu que c'était assez bon et abordable pour se refaire une santé.

Et actuellement, chercher à satisfaire ses besoins primaires (la panse donc) est un bon moyen pour découvrir, à défaut du pays, les quelques rues autour de soi. Rapidement, on retient o`est fait le meilleur burek, qui est celui qui a essayé de  nous enfler parce que l'on est jamais que des touristes...et toutes ces choses permettent de se sentir de plus en plus intégré dans la vie locale.

Grâce aux bureks, j'ai aussi appris un peu d'albanais. Quand tu vas, tous les jours, dans la même échoppe tu peux te faire de nouveaux "amis". Principalement si l'endroit où tu vas est la place la moins touristique du monde et si vous ne partagez pas une langue commune. 
Mais quand, soudain, vous arrivez à échanger deux mots, "Bonjour, ca va? Merci, au revoir", cela vous rend heureux. Toi, et le vendeur. Ca n'a l'air de rien, mais tout d'un coup, la faculté de communiquer paraît extraordinnaire.

Un peu comme un bébé tu essaies et essaies encore, te désespères, essaies encore, fais quelques erreurs et finalement tu arrives à communiquer, à comprendre, à être compris...La révolution de ta vie! Chanceux sont ceux qui la vivent plusieurs fois.

Et évidemment, quand on regarde son monde d'en haut, descendre au rez-de-chaussée permet d'ouvrir de nouvelles perspectives. Se sentant mieux, dans son corps grâce au burek et dans son quartier (aussi grâce au burek), on peut sereinement découvrir plus, marcher jusqu'à la prochaine rue. En entendant les "crieurs-du-bus" et en leur passant devant on envisage plus concrètement de se rendre à "Durrës! Durrës!".



Ne sous-estimez pas le pouvoir du burek.
 

 


Publié à 03:44, le 21/09/2010, Tirana
Mots clefs : commercesNourritureDécouverteburekruesville
Lien