Trois mois en Albanie et un peu plus
During three months, from september to december, I will share with you my trip to Tirana. Pictures, video, point of view...As a citizen, and not as an expert, I will present you my experiences and understanding. Pendant trois mois, de septembre à décembre, je partagerai sur ce blog mon voyage à Tirana. Photos, vidéos, points de vue...Comme un citoyen, et pas expert en la matière, je vous présenterai mes expérience et apprentissages.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

La carte des lieux visités



«  Juin 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930 
free counters

Flux RSS

Rubriques


Sites favoris

Welcome To Europe
Calais Migrant Solidarity
La Voix des Roms
C.A.D.T.M.
Maria Strunge
Iraninfo.dk (en)
Asso Oran Bel Horizon
Photography Doesnt Kill

Newsletter

Saisissez votre adresse email
Le livre Tirana, la fin d\'un été

Rozafa' Legend / La légende de Rozafa

 Version française plus bas:

The Rozafa's legend, which stands in Shkodër (north of Albania) is present in many Balkan countries and tell us about the difficulties met by the first architects who had to count more on the pagan gods than their own skills and knowledge to build solid buildings. In other countries the legend is named "The three brothers" ( Bulgaria) , "The bridge of Arta" (Greece), "Master Manoli"( Romania).... (Greek Ritual Poetics by Yatromanolakis and Roilos). 

A legend is not a fairytale and has most of the time a moral meaning. If this legend can maybe talk about women in Illyrian (and then Albanian) society, it's most considered as an illustration of Besa, the faith, the respect of the word or of the promise. This notion, Besa, was already present in the Kanun (code of law) of Lekë Dukagjini (who gave its name to the current Albanian money: Lek) in the 15th century. With this legend, the Besa concept, became a kind of Albanianism. Concerning the women position, or society expectations, Rozafa can be seen for some authors, like Susan E. Pritchett Post, as the women Albanian' strength and devotion for their family but also for their homeland.

It's believed that the legend has been created before Shkodër city foundation, in the 4th century BC. (see: Rozafa: A psychoanalytic and Symbolic Interpretation by Blerina Berberi).

Here is the legend, rewritten from different lectures:


On a hill close to Buna river, three brothers were building a castle. Every night collapsed the wall they built during the day. Every day they were working, but they can not built it higher.

 One day, the blowing wind made come an old man (or a spirit or angel according to versions) to the three men.

To the brothers he said: Good job, O three brothers.
The three brothers (T.B.) replied: Thank you. But where can you see that we are doing a good job? Every day we build walls which collapse during the night. Don't you have any advice for us?
The old man (O.M.): I know how to help you. But that ain't easy.
T.B. : Tell us, what should we do? We really want to make stand up this castle.
O.M. : Are you married brave men? Do you have your three wifes still alive?
T.B. : Yes, we do. But tell us what to do in order to build our castle.
O.M. : If you really want to make stand your wall and your castle you have to promise that you won't tell to your wifes what I'm gonna tell you.
T.B. : We do.
O.M. : The one of the three brides who will come tomorrow to give you the food must be immure in the wall of the castle. Then, your walls will get strong and stand.

He said it and left.

The oldest brother didn't respect his word, his Besa, and told his wife to find an excuse for the day after. The second brother did the same. Only the youngest did respect his oath.

The day after, the mother of the three brothers who didn't know anything, went to the wifes. First, she asked to the oldest brother's wife to bring the bread, water and wine to three masters. She answered that she was ill and can't do it. So the mother went to the second brother's wife. She said that she had so much things to do and had to visit her family.
At least, she went to the youngest brother's wife. Rozafa, that was her name, answered to her mother in law: 
Dear mother, I would go but I have to take care of my young son. What if he needs me and cry?

The mother answered that she will take care of her grand son. So Rozafa went with the bread, the water and the wine.
In the same time, the brothers were waiting anxiously. Which on of their wife was gonna come?

 

When Rozafa came, she found her husband desperate. When she asked why he was in such a mood, he answered him by telling her the hole story and the sacrifice they accepted to do.

The good Rozafa accepted to sacrifice herself but if the three brothers accepted her last will.

- I accept to be emmured, she said, but I only if I still can care on my newborn child. I am affraid he will miss me and need me. So, I want you to let me one eye free, to see what he does. I want you to let me one breast, to feed him when he needs it. I want you to let me half of my mouse out, to console him when he needs it. I want you to let me one arm free, to hug him when he needs it. I want you to let me one leg to lull him when he falls asleep in his cradle close to me.

The three brothers can't refuse, accepted her last will and accomplished the sacrifice.

Then, thanks to Rozafa, the wall did not collapse during the night and the three brother were able to make stand the castle.

The Rozafa's son grew up and became a great warrior.


Such legend passed through the centuries thanks to a specific characteristic: from the calcareous walls, in winter, a white liquid is flowing. For a long time, people were "convinced" this white liquid was the breast milk of Rozafa. She gave her name to the castel.

 
Rozafa (Rozafa's museum, Shkodar's castel)
Rozafa (Musée Rozafa au château de Shkodar)

 

La légende de Rozafa, qui vient de Shkodar (au nord de l'Albanie) est présente dans plusieurs pays des Balkans et nous parle des difficultés rencontrées par les premiers architectes qui se tournaient plus vers les dieux païens que leurs propres compétences pour construire de solides bâtiments. Dans d'autres pays la légende s'appelle "Les trois frères" (Bulgarie), "Le pont d'Arta" (Grèce), "Maître Manoli" (Roumanie)...(Greek Ritual poetics, par Yatromanolakis et Roilos).


Une légende n'est pas un simple conte de fées et a la plupart du temps un sens moral. Si la légende parle sûrement des femmes dans la société illyrienne (et ensuite albanaise), elle est plus considérée comme une illustration de la Besa, le respect de la parole donnée. Cette notion, la Besa, était présente dans le Kanun (code de lois) de Lekë Dukagjini (qui donnera son nom à l'actuelle monnaie albanaise: le Lek) au 15ème siècle. Avec cette légende, le concept de Besa, devint une sorte d'Albanisme. Concernant la position de la femme, ou les attentes de la société,  Razafa peut être considérée comme la force et la dévotion de la femme albanaise pour sa famille et sa terre natale (voir livres de Susan E. Pritchett Post).

La légende aurait été créée avant la fondation de Shkodër, au 4ème siècle avant J-C. (voir: Rozafa: A psychoanalytic and Symbolic Interpretation par Blerina Berberi). 

Voici, selon différentes lectures, la légende de Rozafa:



Sur une colline près de la rivière Buna, trois frères construisaient un château. Toutes les nuits s'écroulait le mur qu'ils avaient construit durant le jour. Tous les jours ils travaillaient, mais ils n'avaient pas à le faire s'ériger.

Un jour, le vent qui soufflait amena un vieil homme (certains disent un esprit envoyé par les dieux païens).

Aux trois frères il dit: Bon travail, O trois frères.
Les trois frères (TF) répondirent: Merci. Mais où pouvez-vous voir que nous faisons du bon travail? Tous les jours nous construisons un mur qui est détruit durant la nuit. Avez-vous quelque conseil à nous donner?

Le vieil homme (VH): Je sais comment vous aider. Mais ce n'est pas chose aisée.
TF: Dis nous, que devons-nous faire? Nous voulons vraiment ériger ce château.
VH: Êtes-vous mariés braves hommes? Avez-vous vos toujours vos trois femmes à vos côtés?
TF: Oui. Mais dis nous ce que nous devons faire pour construire notre château?
VH: Si vous voulez réellement faire tenir votre mur et votre château vous devez promettre que vous ne direz pas à vos femmes ce que je vais vous dire.

TF: Nous le promettons.

VH: L'une de vos trois femmes viendra demain vous apporter votre repas devra être emmuré dans le mur du château. Enfin, vos murs seront solides et tiendront.

Il parla et se retira.

L'aîné ne respecta pas sa parole, sa Besa, et dit à femme de trouver une excuse pour ne pas venir le jour suivant. Le second frère fit de même. Seul le cadet tint parole.

Le jour suivant, la mère qui ne savait rien du drame à venir, alla chercher une femme pour apporter le repas aux trois constructeurs. Elle était désormais trop vieille pour monter Elle se rendit premièrement chez la femme de l'aîné et lui demanda d'apporter le pain, l'eau et le vin au chantier. La femme prétendit qu'elle était malade et donc trop faible pour s'y rendre. La mère frappa donc à la porte de la femme du second frère. Celle-ci prétendit qu'elle avait beaucoup trop de travail et que, de plus, elle devait rendre visite à sa famille.
La mère alla donc vers la femme du cadet et lui demanda si elle pouvait se rendre sur le chantier des trois frères.
Rozafa, c'était son nom, s'occupait alors de son jeune enfant et répondit:

- O mère, je le ferai volontiers, mais je dois m'occuper de mon fils. Qu'arrivera-t'il s'il a besoin de moi et pleure?

La mère répondit qu'elle s'occuperait de son petit fils. Ainsi Rozafa s'en alla avec le pain, l'eau et le vin, sans savoir le sort qui l'attendait.
Dans le même temps, les trois frères attendaient avec anxiété de savoir laquelle de leur femme allait leur apporter le panier.
 

 

Quand Rozafa arriva, elle trouva son mari désespéré. Elle l'interrogea alors sur la raison d'un tel désespoir. Les trois frères expliquèrent la rencontre avec le vieil homme et le conseil qu'il leur donna pour construire le château.

La bonne Rozafa accepta de se sacrifier mais demanda aux trois hommes de respecter sa dernière volonté:


- J'accepte d'être emmurée, dit-elle, mais à l'unique condition que je puisse toujours m'occuper de mon fils. J'ai peur qu'il ait besoin de moi et de ne pouvoir être là pour lui. C'est pourquoi, je veux avoir un oeil libre pour pouvoir le voir. Je veux avoir un sein, pour pouvoir le nourrir. Je veux avoir une partie de ma bouche, pour pouvoir le consoler. Je veux avoir un bras, pour pouvoir lui donner mon affection. Je veux avoir une jambe, pour mouveoir son berceau.

Les trois frères ne purent refuser d'accéder à ses dernières volontés, tant le sacrificie était grand.
 

Ainsi, Rozafa fut mi-emmurée, le mur ne s'écroula pas durant le nuit, et le château put être érigé.

Le fils de Rozafa grandit et devint un grand guerrier. 

Cette légende traversa les siècles et est toujours partagée de nos jours grâce à une spécificité locale. Les pierres calcaires utilisées lors de la construction, plus récente, de l'actuel château produisent un liquide blanchâtre lorsqu'elles sont humides. Les personnes qui souhaitent croire en la légende considèrent ce liquide comme le lait maternel de Rozafa. Cette femme donna son nom à l'actuel château.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Publié à 02:48, le 21/10/2010, Shkodër
Mots clefs : RozafaRosafalegendelegendAlbaniealbaniashqiptarecastleshqipChateauMuremmuréewallsacrificethree brothers. trois frèresconstructionbuildingHistoiretalefairy taleillyrieillyrianshkdoërshkodralakeLac
Lien

Traffic - Trafic

 Version française, plus bas

Tirana is a big city, so you can miss some details, nice streets, or some important monuments. But if there is something you can't miss...it's the traffic. We, me and my room mates, don't miss it. Leaving on the "ring", from morning to evening, in my flat or outside, we always have to deal with this traffic. It's a part of our life.

Tirana, according to a french embassy' presentation, was empty of cars until 1985 because of the political and economical situation. For sure, someone who came 25 years ago wouldn't recognize at all the Albanian capital. The previous and recently built infrastructures don't seem to be adapted to this new influx.


It's a huge, chaotic, and so noisy, jam. At least on the main avenues and boulevard going across the city. As I told you earlier, a blind person would, from our flat, be able to discover the "dynamism" and the life of the city. But he would, for sure, need some assistance to go across the city. The priority has been given to cars and there is not even clear passages to cross the streets.

I was asking to a friend how many pedestrians die every year from traffic. Surprise, one died last year and it became a focus point for the newspapers and the politics. The circulation was even worst after what, because of policemen trying to "regulate" the traffic. Like they did when I just arrived to Tirana: they stopped all the cars for 10 minutes on a round about -a crossing point between 4 main avenues-, running and whistling as much as they could. An "official" had to pass through Tirana. He passed. And then, to reorganize the traffic, the policemen just left to let the huge chaos go back to a normal chaos.

But the good thing is, as long as you don't need an ambulance, that the traffic is quite slow when it's not paralyzed. That's probably why there is not so much mortal accidents. 

Anyway, after a few days you just get used, and become a "hole-in-the-traffic" hunter. You stare at the cars, find the hole, run a bit, find your way, reach the other -holy- side alive, and try to look like the most normal as you can.

You just have to got used to your new high and permanent adrenalin level.





"Hole-in-the-traffic" hunter in Tirana
Uploaded by
nibal01. - Exotic and entertaining travel videos.

Tirana est une ville important,avec environ 800 000 habitants. On peut donc manquer quelques détails, quelques petites rues ou quelques monuments importants. Mais si il y a bien quelque chose que l'on ne peut pas manquer, c'est...le trafic. Nous, moi et mes colocataires, on ne rate pas. Jamais. Vivant sur le périphérique, du matin au soir, à l'intérieur ou l'extérieur de l'appartement, le trafic est une partie de notre vie.

Tirana, selon une présentation de l'ambassade francaise, était vide de tout véhicule jusqu'en 1985. Pour sûr, quelqu'un qui aurait visité la capitale albanaise il y a vingt cinq de cela ne le reconnaîtrait pas du tout. Les anciennes comme les récentes infrastructures ne semblent pas adaptées à ce nouveau flot de véhicule.

C'est un immense, chaotique, et donc bruyant, embouteillage. Tout du moins sur les principales avenues et principaux boulevards.
Comme j'en parlais plus tôt sur ce blog, une personne aveugle n'aurait aucun mal à découvrir le "dynamisme" et la vie Tiranaise depuis notre appartement. Mais il aurait sûrement besoin d'aide pour traverser la ville. La priorité semble clairement avoir été donnée aux véhicules et vous ne trouverez nulle part un passage piéton.

Je demandais récemment à un ami combien de piétons décédaient du trafic tous les ans? Surprise...une seule personne aurait été victime d'un accident mortel l'année dernière. Tellement surprenant, que les médias mais aussi les politiques s'étaient emparés de l'affaire. La circulation en était devenue pire. Les agents de police dépêchés sur place chargés de "réguler" la circulation peuvent parfois avoir l'effet inverse.
Comme par exemple, le jour où je suis arrivé à Tirana. Deux policiers arrêtaient tous les véhicules sur l'un des principaux rond points, faisant la jonction en quatre artères principales, en raison du déplacement d'un "officiel". Après un blocage de dix minutes, pour réorganiser la circulation, les policiers sont justes...partis. Laissant l'immense chaos redevenir un chaos de taille normale.

Mais le bon côté, du moment que vous n'avez pas besoin d'une ambulance, c'est que la paralysie chronique de la circulation évite probablement les accidents mortels.

Peu importe, après quelques jours, vous vous habituez et devenez un véritable "chasseur-de-trou-dans-le-trafic". Vous observez les voitures, trouvez un trou, courrez un peu, faites votre chemin, atteignez l'autre -et saint- côté de la rue. Vivant, vous essayez de reprendre une démarche normale. (voir vidéo ci-dessus).

Vous avez juste à vous habituer à votre nouveau, permanent et élevé, taux d'adrénaline.


Publié à 02:09, le 23/09/2010, Tirana
Mots clefs : piétonswalkerspedestrianstiranëshqipteriaalbaniaboulevardstacioni trenitrain stationtiranaAlbanieHistoiretraficdangercirculationhistorygarevoitures
Lien